Dépendamment des auteurs, les trois phases de l’éducation classique (ou trivium ) ont différentes durées. Dans « The well-trained mind« , les auteures la séparent en trois cycles égaux de quatre années. J’aime bien cette approche.
Le premier cycle du trivium (la grammaire) s’étale de la première à la quatrième année. La priorité est donnée aux sujets suivants : lecture, écriture, grammaire et mathématiques. L’histoire, quant à elle, sera vue en quatre temps : Antiquité, Moyen-âge/début de la Renaissance, Fin de la Renaissance/début des temps modernes et époque contemporaine. Les sciences aussi seront vues en quatre temps : biologie, science de la terre/astronomie, chimie et physique. Il y aura aussi au programme : l’étude de la religion, les arts plastiques, la musique et à partir de la troisième année, le latin.
L’étape de la grammaire est fondamentale car elle permet à l’élève de recueillir, de mémoriser et de catégoriser l’information. Même si ce processus se continuera sur les deux autres cycles, les quatre premières années sont les plus exigeantes au niveau de la collecte d’information.
Alors, pourquoi se concentrer sur le contenu lors de l’étape de la grammaire? Parce que ce sera la première fois que votre enfant rencontrera le rite d’embaumement des Égyptiens ou l’atmosphère de Vénus; ce sera la première fois qu’il comprendra comment la lumière est faite ou pourquoi les Américains se sont rebellés contre les Britanniques. Il faut saisir l’enthousiasme des premières années d’apprentissage. Il faut laisser l’enfant lire, lire, lire. Il ne faut pas l’arrêter en le forçant à réfléchir sur ce qu’il vient de lire. Cela viendra plus tard. Ne lui demandez pas de décider de ce qu’il aime ou n’aime pas de la Rome Antique, laissez-le s’immerger dans les gladiateurs et les courses de chars. Il veut plutôt savoir comment les choses fonctionnent, comment les anciens peuples vivaient, où le Vésuve est situé et de quoi avait l’air Pompéi recouvert de cendres volcaniques. L’émerveillement de la première rencontre avec une étrange civilisation ne se reproduira plus.
L’esprit immature d’un jeune enfant est beaucoup mieux adapté à absorber l’information qu’à l’analyser et en débattre. Il n’y a rien de mal à ce qu’un enfant accumule des connaissances qu’il ne comprend pas immédiatement. Elles s’en vont en entreposage pour mieux servir plus tard.
Comme adulte, on peut avoir tendance à « protéger » nos enfants de mémoriser par coeur parce que nous trouvons ça difficile et ennuyeux. Mais la plupart des jeunes enfants prennent plaisir à répéter et sont ravis de la familiarité des paroles mémorisées. Combien de fois avez-vous lu une histoire à votre enfant de quatre ans qui connaissait déjà cette histoire par coeur?

(Note : Cet article est en grande partie une traduction libre du livre « The well-trained mind » afin de bien résumer le sujet.)