J’aimerais partir de cette citation de John F. Kennedy qui recevait à la Maison Blanche un groupe de Prix Nobel à sa table : « La réunion la plus extraordinaire de talents, de connaissances humaines, qui ne se soit jamais tenue à la Maison Blanche, sauf peut-être quand Thomas Jefferson dînait seul. »
Qui est Thomas Jefferson? Ayant fait un cours d’histoire des États-Unis au Cégep, je savais qu’il était un des premiers à avoir été élu président et qu’il avait sa face sur une pièce de monnaie mais à part ça, pas grand chose…
À force de rechercher différentes pédagogies sur le web, j’ai vu qu’on y parlait de « pédagogie Thomas Jefferson ». Mais c’est quoi le rapport? Eh bien! Imaginez-vous que Thomas Jefferson n’était pas ce qu’on peut appelé un deux de pique. Il était très brillant ce monsieur, je dirais même plus, très très brillant… En plus d’être homme d’État, il était philosophe, agronome, inventeur, architecte, ambassadeur en France, défenseur des Droits de l’Homme et rédacteur d’une grande partie de la Déclaration d’Indépendance Américaine. (Source : Wikipédia)Voici en quelques points le résumé de cette pédagogie: (je me suis inspirée de ce blog)

  • Thomas Jefferson croyait en la force de l’éducation classique.
  • Il ne pouvait vivre sans livres. (Il avait une magnifique bibliothèque dans sa résidence.)
  • Il s’était fait une règle de ne jamais lire une traduction lorsqu’il pouvait lire l’original. Il avait étudié le latin et le grec ancien.
  • Il croyait qu’il fallait apprendre le plus de langues possibles. En plus du latin et du grec, il parlait le français, l’italien, l’espagnol et plus de dix dialectes amérindiens.
  • Thomas Jefferson croyait en l’utilisation de livres « vivants » et pas en l’utilisation de manuels scolaires.
  • Il croyait que c’était important que tous les enfants apprennent l’histoire.
  • Il croyait en l’apprentissage individuel.

Thomas Jefferson a prit part à une importante tranche de l’histoire des États-Unis. Il fut le premier secrétaire d’état de George Washington. Il conçut aussi les plans de l’université de Virginie.